sourire éléphant

Visiter un sanctuaire d’éléphants

Voyager responsable, c’est aussi éviter toutes mauvaises pratiques avec les animaux ! Et en Asie du sud-est les débordements peuvent être faciles : faire une balade à dos d’éléphant, vouloir son selfie avec un tigre, rentrer dans la cage d’un crocodile… Alors quoi et comment choisir une activité avec des animaux ? Qu’est-ce qu’un Sanctuaire d’éléphants et comment distinguer le vrai du faux ? Faisons le point ensemble !

marche elephants

Reprenons les bases

Bien qu’en France l’idée ait fait un bon bout de chemin maintenant, ce n’est pas le cas pour tous les pays. Et les activités avec animaux sont loin d’être terminées, surtout en Thaïlande ! Alors je voudrais revenir sur quelques principes de base : 

Prenons ensemble l’exemple le plus célèbre : l’éléphant

Non, bien sûr, monter sur le dos d’un éléphant ne lui fait pas de mal. MAIS, pour qu’il accepte de prendre les touristes à longueur de journées, il a été brisé physiquement et psychologiquement par son dresseur. Et non il n’y a pas de code du travail pour animaux. Curieux hein ? C’est jusqu’à épuisement que cette bête travaillera pour une poignée de dollars. On continue sur les conditions de son entretien ou c’est bon ?

elephants

Et un jour, l’homme créa le sanctuaire d’éléphants

Un lieu de repos pour l’animal, où les touristes (nous) peuvent venir passer du temps avec les animaux. Où le touriste paye pour cela… Vous voyez où je veux en venir ? Tadaaa ! Nouveau business ! Voilà comment cela est vu par certains : « Les touristes ne veulent plus monter dessus mais sont toujours attirés par les activités avec les éléphants. Et ils sont prêts à payer pour ça !» Et l’homme créa le marché du sanctuaire d’éléphant. Où toute la journée l’animal va enchaîner les visages, se faire toucher par une bonne dizaine, trentaine de personnes et être forcé à reproduire des activités : baignade, etc

Qui s’amuse le plus ici ?

Alors comment faire la différence entre un bon et un mauvais chasseur sanctuaire d’éléphants ?

Car oui il existe de vrais sanctuaire d’éléphants, offrant une vraie retraite à l’animal. Et ceux-là méritent d’être mis en avant !

selfie elephant

Pour faire la différence, 3 principes de base :

L’offre proposée : un tour en groupe ? Plusieurs sessions par jour ? Un temps réduit pour augmenter le volume ? Fuyez !

Le budget : oui un éléphant, ca coûte cher ! On peut d’ores et déjà bannir tous les tours à moins de 50$. Pour arriver à l’équilibre, ils devront forcément soit faire plus de clients, soit il n’apporteront pas le cadre nécessaire au bien être de l’animal.

L’environnement : Y-a-t’ il un espace suffisant pour que l’animal vive correctement ? L’équipe est-elle composée d’un vétérinaire ? Est-ce une entreprise ou une association à but non lucratif ? Si vous n’avez pas de visibilité sur ces questions, qu’elles sont mises de côté ou difficiles à trouver, ça n’est jamais bon signe.

sanctuaire d’éléphants

Aujourd’hui, il n’existe pas de label à ma connaissance en Asie du sud-est. C’est donc à nous touristes, clients, consommateurs, de faire la part des choses. Nous sommes acteurs de ce changement par notre porte-monnaie et nos choix.

L’exemple de Kulen Elephant Forest : Un sanctuaire d’éléphants équilibré

sanctuaire d’éléphants

Depuis que j’étais au Vietnam, j’avais en tête de trouer un bon sanctuaire d’éléphants. J’avais envie de mettre en avant cette manière de rencontrer un animal. Mais j’ai failli ne jamais avoir cette chance. A travers le Vietnam ou le Cambodge, je n’ai pas trouvé un sanctuaire qui correspondait à mes attentes. Et puis 3 jours avant de quitter le Cambodge, au hasard d’une rencontre, j’ai entendu parler de Kulen.

Kulen, c’est un sanctuaire de 14 éléphants, 440 hectares de forêts, une équipe d’une dizaine de personne dont un vétérinaire. Une économie de proximité développée avec les villages voisins pour favoriser leur niveau de vie (car c’est 3 tonnes de fruits et légumes par semaine pou ces petites bêtes).

éléphants

Lorsque je m’y suis rendu, j’étais le seul à passer la journée avec les éléphants. Et ces derniers n’ont été forcés à rien ! Il faisait moins chaud que les autres jours, alors ils n’ont pas voulu se baigner plus que ça, et on m’a répondu : « désolé, aujourd’hui ils n’ont pas envie ».

Alors prenons aujourd’hui nos responsabilités sur notre manière de consommer ! et soyons acteurs de ce changement !

sanctuaire d’éléphants

Plus d’infos ? Ces articles peuvent t’intéresser :

1mois au Cambodge en vidéo

Kratie et les rives du Mekong

Kampot : du sel, du poivre et du repos

Siem Reap : la magie des temples d’Angkor

Koh Rong Sanloem : un paradis méconnu

Facebook Comments